Tournedos de souris d’agneau au foin

Les ingrédients (pour 10 personnes)

4 jarrets d’agneau

300 g de carottes

200 g d’échalotes

50 g d’ail

Thym, laurier, clou de girofle, foin QS

Pour la poêlée :

600 g d’aubergines

600 g de courgettes

300 g d’oignons grelots

200 g de tomates confites

1 kg de pommes de terre

La progression

Désosser les souris d’agneau, les disposer en rouleaux de papier film, assaisonner et saupoudrer avec un peu de fond d’agneau en poudre, du thym. Conditionner sous vide.

Cuire 12 h à 66°C dans un bain marie régulé avec un thermoplongeur ou un four vapeur.

Après refroidissement tailler des tournedos de souris d’agneau, préparer une garniture aromatique et faire braiser les souris d’agneau pendant une trentaine de minute en ajoutant du foin avant de couvrir la cocotte.

Réaliser une poêlée de légumes d’été (aubergines et courgettes sautées, oignons glacés, pommes de terre sautées et tomates confites.

Décanter et passer le fond de cuissons. Rectifier si nécessaire.

Dresser.

Bon appétit

Amitiés gourmandes

Publicités

Ris de veau « juste » sauté au beurre

ris de veau

Les ingrédients
Une belle pomme de ris de veau
Du beurre clarifié
Et c’est tout !

La recette

D’abord acheter un ris de veau, le ris est le thymus du veau, c’est une glande qui sert au veau, qui est un herbivore à digérer le lait maternel. A l’âge adulte, cette glande s’atrophie et perd toute qualité « culinaire ». Attention d’acheter une pomme de ris de veau et pas un ris de gorge, plus allongé, plus nerveux et bien moins savoureux. Mettre le ris de veau dans un saladier d’eau glacée et le laisser tremper ainsi pendant au moins une heure en laissant couler un fin filet d’eau dessus. Cela s’appelle « dégorger », c’est à dire à éliminer le sang qui pourrait rester dans les  petites veines. Mettre le ris de veau dans une casserole, couvrir d’eau froide et porter à une température de 80/90°C. Puis égoutter le ris,tremper dans une eau bien froide. Nettoyer le ris de veau de toutes les parties nerveuses ou graisseuses en surface. Laisser reposer entre deux assiettes avec un poids dessus pour « casser » les fibres…Une heure minimum. Tailler le ris en tranches de 1 cm d’épaisseur.
Dans une poêle, mettre du beurre clarifié, c’est à dire du beurre débarrassé de son petit lait. Saler et poivrer les tranches de ris de veau puis cuire 2 à 3 minutes sur chaque face de façon à bien les dorer.
Déguster bien chaud !
Simple, très simple, mais authentiquement bon !
Bon appétit !
Amitié Gourmande.

Chocolat, moulage de friture

chocolat friture1

Le chocolat, c’est bon toute l’année. Alors aujourd’hui, j’ai fait un peu de friture et une bonbonnière en chocolat.

Les ingrédients

Du chocolat de couverture avec minimum 55% de cacao en pistoles

  La technique

Faire fondre les 2/3 de la couverture au micro-ondes en la montant jusqu’à 45/50°C. Ajouter le reste des pistoles en mélangeant avec une spatule jusqu’à ce qu’elle soit entièrement fondu. La température de la couverture doit être entre 31 et 32°C.

Verser dans les moules et laisser refroidir à température ambiante.

Démouler.

Et voilà le résultat :

chocolat friture3

Bien sûr, le résultat n’est pas toujours garanti et ici, je ne vous propose de découvrir les différentes techniques en détail sur le site de cacao Barry.

Bon appétit

Amitiés Gourmandes

chocolat friture2

Verrine crustacés

verrine

Encore une petite idée sympa pour l’apéritif.
Pour 10 verrines, il faut :

100 g de crevettes grises
1 cuillère de Cognac
1/2 feuille de gélatine
50 g de chair de crabe
1 pot d’œufs de lump noirs
1 cuillère de fromage blanc
10 cl de crème fleurette
1 cuillère de tarama
2 cuillères d’huile d’olive
Quelques feuilles de basilic

La recette
Décortiquer les crevettes, mettre les queues de crevettes décortiquées de côté.  Dans une petite casserole, faire revenir les carapaces et les  têtes de crevettes  avec une cuillère d’huile d’olive.  Flamber avec un peu de  Cognac, ajouter de la crème fleurette et porter à ébullition. Bouillir  une minute, passer au chinois, ajouter 1/2 feuille de gélatine ramollie dans de l’eau froide. et verser dans les verrine en les inclinant comme sur la photo.
Laisser refroidir, ajouter une fine couche d’œufs de lump.
Mélanger la chair de crabe avec les queues de crevettes (en en gardant 10 pour la déco), ajouter une cuillère d’huile d’olive, les feuilles de basilic finement ciselées, puis garnir les verrines.
Terminer par du tarama mélangé avec un peu de fromage blanc dressé à la poche. La petite queue de crevette en déco… et voilà.

Bon appétit
Amitiés gourmandes

 

EPSON DSC picture

Soupe à l’oignon gratinée au neufchâtel

Les ingrédient (pour 6 personnes)

  • 4 gros oignons
  • 50 g de beurre
  • 1 cs d’huile
  • 1 cs de farine
  • 25 cl de vin blanc
  • 1 l d’eau
  • Sel, poivre
  • 6 tranches de pain
  • 1 neufchâtel

La recette

Peler et émincez les oignons, les faire revenir dans le mélange beurre, huile.

Saupoudrer le mélange de farine, mouiller d’eau chaude et de vin blanc et assaisonnez.

Couvrir et laisser bouillonner doucement pendant 20 min.

Découper le pain en petits carrés et y déposer une tranche de Neufchâtel

Versez la soupe dans des assiettes creuses ou des bols.

Déposer les croûtons sur la soupe et gratiner au four.

Bon appétit

Amitiés gourmandes

La recette des Bourriols

bourriol1

Je reçois régulièrement des cartes postales comme tout le monde. Mais comme je suis passionné par la cuisine et que beaucoup de mes relations le savent, c’est souvent une recette et une photo d’un plat régional. Cette fois-ci, honneur à l’Auvergne avec les bourriols.


Je vous livre ici la recette recopiée au mot près :
Ingrédients pour une dizaine de bourriols :
600 g de farine, 400 g de farine de blé noir, 30 g de levure de boulanger délayée dans du lait tiède. 2 litres de petit lait ou 1 litre de lait mélangé à 1 litre d’eau.
Mélanger tous les ingrédients. Laisser reposer 3 heures.
Dans une poêle chaude graissée, puis passée sous l’eau froide, faire cuire en crêpes épaisses d’un côté jusqu’à ce que de grosses bulles apparaissent.
On peut tartiner les bourriols, chauds, de beurre, de rillettes ou de confiture, ou les émietter dans du lait.

Extrait des livres « contes et saveurs d’Auvergne.
J’ai testé donc cette recette en la respectant.

bourriol2


Verdict :
Les quantités données permettent de confectionner au moins 20 bourriols. Sans sel, le goût était très, voire trop neutre.
J’ai donc refait la recette pour une dizaine de bourriols :
300 g de farine, 200 g de farine de blé noir, 5 g de sel, 15 g de levure de boulanger délayée dans du lait tiède. 1/2 litre de lait mélangé à 1/2 litre d’eau.
Mélanger tous les ingrédients. Laisser reposer 3 heures.
Dans une poêle chaude graissée, faire cuire en crêpes épaisses d’un côté jusqu’à ce que de grosses bulles apparaissent.
J ‘en ai garni avec un œuf au plat, des dès de jambon et du gruyère râpé, un peu comme les galettes bretonnes, mais aussi juste avec des rondelles d’andouille de Guémené, un peu de beurre salé, et pour le dessert de la confiture, du Nutella et même un caramel beurre salé.
Les garnitures ne manquent pas : du Cantal, quelques pommes de terre en rondelles et une bonne cuillère de crème… Ce sera pour la prochaine fois !
C’est excellent !
Chapeau bas les Auvergnats
Bon appétit

Amitiés Gourmandes

bourriol3

La saint Valentin

Ce soir, juste une histoire, celle de saint Valentin, le saint du jour. Cette fête, maintenant purement commerciale, a des origines très anciennes dont la plupart des traditions se sont perdues mais dont il subsiste encore aujourd’hui quelques rituels, comme l’envoi de cartes ou le don de fleurs et de chocolats. Considérée comme la fête des couples déjà formés autant que la fête de ceux qui recherchent l’âme sœur, la Saint Valentin est également la fête de l’amitié dans certains pays comme les États-Unis.

Un saint nommé Valentin…

La vie du saint que l’on célèbre le 14 février est assez mystérieuse. Valentin serait un prêtre chrétien, mort vers 270. On dit qu’il fut condamné à mort par l’empereur Claude II pour avoir consacré des mariages chrétiens dans la clandestinité. L’empereur avait interdit ces mariages en constatant que les Chrétiens, une fois mariés, refusaient de s’engager dans les légions militaires pour ne pas quitter leur famille. Saint Valentin serait donc mort en défenseur de l’amour et du mariage.

La fête des amoureux

Depuis 1496, Saint Valentin est officiellement le Saint Patron des Amoureux, sur ordre du pape Alexandre VI. A cette époque, la protection de ce Saint Patron s’appliquait surtout aux célibataires qui cherchaient l’âme sœur. Les festivités de la St Valentin visaient précisément à donner aux jeunes célibataires l’occasion de trouver un partenaire pour la vie. Différentes coutumes existaient selon les régions, comme par exemple la partie de cache cache où les jeunes filles célibataires d’un village se cachaient tandis que les hommes célibataires se donnaient pour objectif de les retrouver. Les couples ainsi formés pouvaient durer le temps de la soirée ou aller jusqu’au mariage !

Des Lupercales à la St Valentin

De nombreuses fêtes du calendrier chrétien ont été instaurées à des dates qui, à l’époque païenne, étaient déjà célébrées par les populations. L’objectif étant de combattre ces rites païens tout en donnant du sens à des pratiques rituelles liées au cycle de la nature. La St Valentin en est un exemple parmi d’autres. En effet, en faisant de ce saint le protecteur des couples à la date du 14 février, l’Eglise encouragea la célébration de l’amour au moment des prémices du printemps tout en combattant la fête païenne des Lupercales qui avait lieu à la même période. Cette fête, liée aux origines de Rome, était une fête de purification et de fécondité, dont le rituel le plus marquant était la course des Luperques. Durant cette course, des hommes poursuivaient les femmes et les frappaient avec des lanières de peau de bouc. Les coups de lanière reçus devaient assurer aux femmes d’être fécondes et d’avoir une grossesse heureuse. Lorsque la fête des Lupercales fut interdite en 494, il fallut la remplacer en instaurant tout à la fois une fête de la purification (la Chandeleur) et une fête de l’amour et de la fécondité (la St Valentin).

Nous ne sommes cependant pas passés sans transition de la lanière de peau de bouc au bouquet romantique ! Les symboles de la St Valentin que nous connaissons (Cupidon, les roses, le coeur…) se sont surtout imposés au début du XXème siècle sur de jolies cartes colorées qui connurent un grand succès populaire.

L’exemple de la nature…

Selon la croyance populaire, l’observation de la nature désigne la date du 14 février comme le jour idéal pour roucouler. En effet, la saison des amours chez les oiseaux débuterait à cette date ! On peut alors à nouveau entendre le chant des mésanges, des merles, des rouge-gorges et des pinsons que jusque-là le froid hivernal faisait taire. Ce serait donc en prenant exemple sur les oiseaux que l’amour est d’actualité à la St Valentin : à la mi-février nous commençons déjà à attendre le début du printemps et à faire des projets pour la belle saison. Cette hausse de moral encourage les idylles, naturellement…

Retrouvez le détail de cette histoire sur http://www.lemagfemme.com

Quoiqu’il en soit cette fête est celle de l’amour. Inutile de dépenser des fortunes pour plaire à celui ou celle que vous aimez, inutile de vous laisser tenter par toutes des offres mercantiles et sans intérêt, pour prouver encore plus aujourd’hui votre amour. Un simple baiser, un simple regard. un mot suffiront à prouver à l’être aimé ce qu’il représente pour vous.

Enfin c’est vous qui voyez !

Amitiés Gourmandes