Suprême de poulet farci aux morilles basse température, brunoise de patate douce, châtaignes confites et poivre cubèbe

Les ingrédients (pour 4 personnes)

5 suprêmes de poulet

50 g de blanc d’œuf

50 g de crème

25 g de morilles

20 g d’échalotes

10 g de beurre

Sel et poivre

 

Pour la sauce et la garniture

1 dl de fond de veau

30 g de beurre

300 gr de patate douce

200 g de châtaignes

poivre cubèbe QS

 

La progression

Ciseler les échalotes et suer au beurre, ajouter les morilles hachées et
cuire doucement une dizaine de minutes. Refroidir.

Réaliser une farce mousseline : Désosser un suprême de poulet et le mixer
avec le sel et le vin blanc. Ajouter la crème et bien mélanger, puis les
morilles. Dégazer, façonner en forme de boudin en film alimentaire et cuire au
four vapeur à 80°C pendant 20 minutes et refroidir.

Ouvrir les suprêmes en portefeuille, déposer un boudin de farce et refermer.
Conditionner individuellement sous vide en sac cuisson coextrudé avec une
pression de 20 mb + 15 secondes. Rétracter dans une eau bouillante pendant 2
secondes. Cuire au bain marie thermostaté ou au four vapeur à 65°C pendant 30
minutes.

Pour la garniture, éplucher et détailler la patate douce en dès, saler et
conditionner sous vide en sac cuisson laminé avec 10 g de beurre avec une
pression de 20 mb + 60 secondes. Cuire au four vapeur à 85°C pendant 30
minutes.

Conditionner les châtaignes avec 10 g de beurre et une pincée de sel en sac
cuisson laminé avec 10 g de beurre avec une pression de 20 mb + 60 secondes.
Cuire au four vapeur à 90°C pendant 12 heures.

Finition : déconditionner les suprêmes, ajouter l’exsudat au jus de veau, le
poivre cubèbe, réduire et monter au beurre.

Dresser les suprêmes coupés en deux, sur la sauce. Accompagner des
châtaignes confites et de dès de patate douce.

Bon appétit

Amitiés gourmandes

 

Publicités

Suprêmes d’orange en gelée, basilic et dauphin gianduja

Les ingrédients

Pour le dauphin :

50 g de chocolat gianduja

50 g de jaune d’œuf

20 g de sucre

210 g  de crème fleurette

600 g de segments d’orange

200 g de jus d’orange

8 feuilles de gélatine

1 gousse de vanille

25 g de basilic frais

40 g de sirop de grenadine

10 g de zestes d’orange

La progression

Préparer le dauphin gianduja : Blanchir les jaunes d’œuf avec le sucre, ajouter 30 g de crème fleurette bouillante. Fouetter jusqu’à refroidissement. Ajouter le gianduja fondu puis 180 g de crème fleurette montée.  Dresser en moule silpat demi-sphère de 2 à 3 cm de diamètre et réserver au grand froid.

Prélever les segments des oranges. Egoutter et réserver. Prélever des zestes et les émincer finement. Les blanchir 5 fois puis les confire dans la grenadine. Réserver au frais.

Tiédir le jus d’orange, y faire fondre les feuilles de gélatine ramollies. Faire infuser la vanille. Quand le mélange est presque froid, ajouter les feuilles de basilic. Ajouter les segments d’orange. Dresser ce mélange à mi-hauteur des bocaux. Déposer une demi-sphère de dauphin gianduja et compléter le bocal. Réserver au frais.

Décorer de zestes d’orange confits à la grenadine et d’une sommité de basilic.

Osso bucco milanaise sous vide, basse température, tagliatelles fraîches

Les ingrédients (pour 4 personnes)

4 tranches de jarret de veau

150 g de carottes

150 g d’oignons

500 g de tomates

2 gousses d’ail

1 dl de vin blanc

50 g de céleri branche

5 cl d’huile d’olive

40 g de farine

Pour les tagliatelles

2 œufs

200 g de farine

La progression

Préparer les légumes : éplucher carottes et oignons, les couper en brunoise. Couper le céleri en brunoise également. Monder et épépiner les tomates et hacher grossièrement.

Fariner légèrement les tranches de jarret et colorer sur chaque face en sauteuse dans l’huile d’olive. Assaisonner sel et poivre. Débarrasser et refroidir.

Dans la même sauteuse, sure les carottes, les oignons et le céleri. Déglacer au vin blanc, réduire, ajouter l’ail et la tomate concassée. Cuire doucement à couvert une quinzaine de minutes. Refroidir.

Conditionner les jarrets et la sauce dans un sac cuisson laminé avec une pression résiduelle de 20 mb + 15 secondes. Mettre en cuisson au bain marie thermostaté ou au four vapeur à 79°C pendant 16h.

Réaliser les tagliatelles : dans un robot mettre 200 g de farine et 2 oeufs. Mixer jusqu’à obtention d’une pâte. Laminer et détailler en tagliatelles. Pocher dans une eau bouillante salée pendant 3 minutes. Égoutter et dresser en assiette de servir.

Déconditionner l’osso bucco et dresser la viande sur les tagliatelles. Couvrir de sauce. Saupoudrer éventuellement d’herbes fraiches.

Vous pouvez différer la consommation de l’osso bucco en le refroidissant en eau glacée pendant une heur et en le réservant à +1°C.

Bon appétit

Amitiés Gourmandes

Rémoulade d’aïoli de bulots aux pommes, confit de citron.

Pour 4 personnes

200 g de céleri rave

100 g de pomme

Pour l’aïoli

  • 1 jaune d’œuf
  • 1 dl d’huile d’olive
  • Ail                        
  • 10 g de moutarde           

1 kg de bulots   

Pour le court bouillon

  • Thym citron      
  • Oignon 
  • Poivre  

Pour la gelée de citron

  • 2 citrons
  • 200 g de sucre

Herbes fraîches

La progression

Râper le céleri, le citronner et monter L’aïoli. Lier les deux ensembles. Ajouter la pomme taillée en brunoise.

Cuire les bulots au court bouillon (20 mns) Refroidir et décortiquer les bulots. Hacher grossièrement les bulots et les enrober avec de l’aïoli. Réfrigérer.

Couper un citron avec la peau en rondelles fines. Mettre à macérer avec 5 cl d’eau et le jus d’un citron.
Laisser macérer 24 h. Ajouter alors les 200 g de sucre.
Porter lentement à ébullition et laisser cuire pendant 1 heure en remuant de temps en temps. On peut si nécessaire rallonger le temps de cuisson. Pour savoir si la confiture est cuite, faites refroidir une goutte de jus, si elle se transforme en gelée la cuisson est bonne. Dresser l’assiette

Bon appétit

Amitiés Gourmandes

Tarte flambée

tarte flambée

Les ingrédients (pour 4 personnes)
500 g de pâte à pain
200 g d’oignons finement émincés
40 cl de crème fraiche
80 g de lardons
Noix de muscade, poivre du moulin
2 cuillères à soupe d’huile

La recette
Étaler la pâte à pain très finement. La déposer sur la plaque du four. Recouvrir d’une couche de crème fraiche, des oignons émincés puis des lardons. Assaisonner avec noix de muscade et poivre du moulin et enfin un filet d’huile.
Mettre à four très chaud (300°C) pendant 5 à 8 minutes
Servir très chaud sur une planche et découper en carrés.

Bon appétit !

Si vous voulez vous faciliter la vie, je vous conseille d’aller directement déguster cette « Flamenkuche » au Chalet d’en Ô  le jeudi soir …

Amitiés Gourmandes

50 recettes de planchas à partager entre amis

planchas

Un livre de recettes de planchas écrit et réalisé par Laure Maso Y Guell Rivet. Une charmante jeune femme que j’ai rencontré voilà quelques années…

planchas2

Une passionnée qui aime partager, comme beaucoup de passionnés. Une passionnée qui m’a donné envie.
Alors aujourd’hui, je vous présente l’un de ses ouvrages :
50 recettes de planchas à partager entre amis.
Un format large pour mettre en valeur de jolies photos. des recettes originales et goûteuses. De l’entrée au dessert, plein de recettes à partager.

planchas4

Aujourd’hui j’ai testé une « Parillada de la mer » et en dessert une « poêlée d’ananas, jus exotique ». Pas déçu, je peux vous le dire ! Alors si vous voulez vous faire plaisir, et surtout faire plaisir à vos convives, dévorez ce livre !
Merci chère Laure pour ce merveilleux livre !

Amitiés Gourmandes

planchas4

La saint Valentin

Ce soir, juste une histoire, celle de saint Valentin, le saint du jour. Cette fête, maintenant purement commerciale, a des origines très anciennes dont la plupart des traditions se sont perdues mais dont il subsiste encore aujourd’hui quelques rituels, comme l’envoi de cartes ou le don de fleurs et de chocolats. Considérée comme la fête des couples déjà formés autant que la fête de ceux qui recherchent l’âme sœur, la Saint Valentin est également la fête de l’amitié dans certains pays comme les États-Unis.

Un saint nommé Valentin…

La vie du saint que l’on célèbre le 14 février est assez mystérieuse. Valentin serait un prêtre chrétien, mort vers 270. On dit qu’il fut condamné à mort par l’empereur Claude II pour avoir consacré des mariages chrétiens dans la clandestinité. L’empereur avait interdit ces mariages en constatant que les Chrétiens, une fois mariés, refusaient de s’engager dans les légions militaires pour ne pas quitter leur famille. Saint Valentin serait donc mort en défenseur de l’amour et du mariage.

La fête des amoureux

Depuis 1496, Saint Valentin est officiellement le Saint Patron des Amoureux, sur ordre du pape Alexandre VI. A cette époque, la protection de ce Saint Patron s’appliquait surtout aux célibataires qui cherchaient l’âme sœur. Les festivités de la St Valentin visaient précisément à donner aux jeunes célibataires l’occasion de trouver un partenaire pour la vie. Différentes coutumes existaient selon les régions, comme par exemple la partie de cache cache où les jeunes filles célibataires d’un village se cachaient tandis que les hommes célibataires se donnaient pour objectif de les retrouver. Les couples ainsi formés pouvaient durer le temps de la soirée ou aller jusqu’au mariage !

Des Lupercales à la St Valentin

De nombreuses fêtes du calendrier chrétien ont été instaurées à des dates qui, à l’époque païenne, étaient déjà célébrées par les populations. L’objectif étant de combattre ces rites païens tout en donnant du sens à des pratiques rituelles liées au cycle de la nature. La St Valentin en est un exemple parmi d’autres. En effet, en faisant de ce saint le protecteur des couples à la date du 14 février, l’Eglise encouragea la célébration de l’amour au moment des prémices du printemps tout en combattant la fête païenne des Lupercales qui avait lieu à la même période. Cette fête, liée aux origines de Rome, était une fête de purification et de fécondité, dont le rituel le plus marquant était la course des Luperques. Durant cette course, des hommes poursuivaient les femmes et les frappaient avec des lanières de peau de bouc. Les coups de lanière reçus devaient assurer aux femmes d’être fécondes et d’avoir une grossesse heureuse. Lorsque la fête des Lupercales fut interdite en 494, il fallut la remplacer en instaurant tout à la fois une fête de la purification (la Chandeleur) et une fête de l’amour et de la fécondité (la St Valentin).

Nous ne sommes cependant pas passés sans transition de la lanière de peau de bouc au bouquet romantique ! Les symboles de la St Valentin que nous connaissons (Cupidon, les roses, le coeur…) se sont surtout imposés au début du XXème siècle sur de jolies cartes colorées qui connurent un grand succès populaire.

L’exemple de la nature…

Selon la croyance populaire, l’observation de la nature désigne la date du 14 février comme le jour idéal pour roucouler. En effet, la saison des amours chez les oiseaux débuterait à cette date ! On peut alors à nouveau entendre le chant des mésanges, des merles, des rouge-gorges et des pinsons que jusque-là le froid hivernal faisait taire. Ce serait donc en prenant exemple sur les oiseaux que l’amour est d’actualité à la St Valentin : à la mi-février nous commençons déjà à attendre le début du printemps et à faire des projets pour la belle saison. Cette hausse de moral encourage les idylles, naturellement…

Retrouvez le détail de cette histoire sur http://www.lemagfemme.com

Quoiqu’il en soit cette fête est celle de l’amour. Inutile de dépenser des fortunes pour plaire à celui ou celle que vous aimez, inutile de vous laisser tenter par toutes des offres mercantiles et sans intérêt, pour prouver encore plus aujourd’hui votre amour. Un simple baiser, un simple regard. un mot suffiront à prouver à l’être aimé ce qu’il représente pour vous.

Enfin c’est vous qui voyez !

Amitiés Gourmandes