Neufchâtel – Le fromage

Sur le marché de Dieppe, j’ai acheté un fromage de Neufchâtel, Neufchâtel-en_Braye. Un fromage au lait de vache cru, recouvert d’une croûte fleurie, très blanche et légèrement duveteuse.

Les défenseurs de ce fromage affirment haut et fort qu’il est le plus vieux fromage normand. Ils se basent sur un texte de 1035 et qui évoque la production de fromages dans la région de Neufchâtel-en-Bray. En fait, il ne naît « officiellement » qu’en 1543, dans les comptes de l’Abbaye de Saint-Amand de Rouen où un fromage apparaît explicitement et pour la première fois sous le nom de Neufchâtel. Il est probable que dès cette époque l’affinage était mené comme aujourd’hui dans des caves de la région naturellement riches en penicillium candidum.

On sait aussi qu’il a eu très tôt plusieurs formes au gré des modes, et des moules dont disposaient les producteurs. La légende veut ainsi que la forme du cœur soit due aux paysannes normandes désireuses de montrer leurs sentiments aux soldats anglais de passage lors des différentes campagnes qui émaillent le moyen-âge.

C’est au XIXème siècle que la production du neufchâtel va subir un fort développement. Comme un écho à la légende de la rencontre Napoléon III / Camembert, Napoléon III, alors premier consul, aurait reçu en hommage un panier de fromages normands où figurait en bonne place un neufchâtel. C’est dans ce siècle que sa renommée atteint son apogée et qu’il est reconnu comme l’un des meilleurs fromages français. Peu-à-peu, cependant sa production va baisser, et plus particulièrement après la deuxième guerre mondiale. Les producteurs et les lois du marché en sont en partie responsables puisque la production de fromage devient moins intéressante à cette époque que la vente directe du lait à de grandes coopératives.

Cependant depuis 1958, il existe pour défendre cette tradition fromagère un syndicat de Défense du Label de Qualité du Neufchâtel. C’est grâce à lui notamment qu’il obtient son AOC en 1969.

neufchatel